Chach dh Ulach
Contes en kabyle / 14 décembre 2017

Tamachahuth n sinne wayathmathen (CHACH dh’ULACHE) rouhane adestadane (Ce sont deux frères « CHACH ET ULACHE » qui sont partis pour chasse)… Hawssene hawssene, uroufine walou, alors, massefhamane adhnefra9ane, balak adhafene ssiada. Ba3d lmoudda, urdestadane achamma (plusieurs heures passées, toujours rien de chasser), a3yane alors koulwa itshawisse f’egmasse… Koulwa yeghar igmasse : Ulach : waaaaaa chache … Chache : waaaaaa Ulache … Mais iwanne uryesli gmasse… Tsedoune, Gharenn dima … Ulach : waaa Chache … Chache : waaa Ulache… Meskine Chache yemllale iwene oussiade, yennayes arjoud akatfakh. Yatfith yewthith… Chache (yetsrou) yennayesse : iwachou thawathtiyi ? Assiade yennayesse: amak!!! (Comment ?), guesbah, nakk tastadakh, tshawissakh, ketchini, tha9artad Ulach !!!!: Chach : ehee, amakk addenikh ? (Comment dois je dire ?) Assiade: inid setta (6), sab3a (7) fi koul sa3a. Meskine Chache ikkamel avridisse (continue sa marche) yi9arrad setta (7) seb3a (7) fi koul sa3a setta (7) seb3a (7) fi koul sa3a. yemllal aljanaza, raffdene elmeyyet. Imawlane lmayyet nanasse arjou athnamtal. Après fkanesse thatrihth . Chache (yetsrou) : iwachou thawathmiyi ? Nanesse: amak!!!, noukni nass3a ljanaza, ketchini, tha9artad setta (6), sab3a (7) fi koul sa3a. !!!! Chach : ehee, amakk addenikh ? Nanesse:: inid, Allah i3adam lajar… Meskine Chache ikkamel avridisse…

Conte du Cadi des Merveilles
Contes en français / 5 février 2017

Une histoire, Dieu la fasse belle et bonne comme un ruban… Au sujet d’un homme qui avait trois femmes. Après une année elles eurent toutes trois un garçon, amayas, aksil et selyan. Leur père les éleva avec soin, ils grandirent et devinrent hommes. Lui il était extrêmement riche. Un peu avant de mourir il leur partagea ses biens. Dans un coffre il déposa un petit tas de pièces d’argent, un autre de terre, et un d’os. – Et puis il mourut. Ses enfants l’enterrèrent. Au retour du cimetière, ils ouvrirent le coffre pour voir ce que leur père leur avait laissé. Quel ne fut pas leur étonnement devant les trois petits tas. Ils se dirent les uns aux autres : « Celui qui prendrait le tas d’argent ferait tort aux autres. Et que faire de cette terre et de ces os ??.. Allons, ne touchons pas à l’argent avant de connaître l’avis du CADI DES MERVEILLES. Il a une grande expérience, il nous éclaircira tout cela. » Ils se préparèrent au voyage et partirent. Ils marchèrent longtemps et trouvèrent en chemin trois fontaines : les deux du bord étaient pleines et débordaient l’une dans l’autre, alors que celle du milieu était…

M’kidech le nain rusé
Contes en français / 25 octobre 2015

A la montagne, vivait jadis une famille de paysans, dieu les a comblé de bonheur en leur donnant six garçons tous forts et vigoureux, le tableau s’annonce donc idyllique lorsque la mère tomba enceinte pour une septième fois, le père et les six frères étaient tous heureux et attendent l’heureux évènement avec impatience. Le jour de la naissance, la mère met au monde un petit être de sexe masculin de quelques grammes seulement. On dirait un petit oisillon sans plumes tellement il était petit, la famille était atterrée, car ce septième garçon n’augure rien de bon,  il va être la risée de la famille, et vu son état, on l’appelle M’kidech. M’kidech possède tous les abribus d’un petit garçon sauf la taille, il avance en âge, mais sa taille ne suit pas son âge,  a quinze ans on le prendrait pour un garçon de huit ans .Cependant, sa perte de taille est compensée par une espièglerie et une intelligence hors du commun. Un jour, après une très bonne récolte de blé et d’orge, le père décide de faire des cadeaux à ses sept fils, il se rend au marché et achète sept mules, or M’kidech savait déjà la surprise que…

Conte du Chat
Contes en français / 17 octobre 2015

Mcahu tellem cahu. Que mon conte se déroule comme un fil. Un jour parmi les jours de Dieu. Un vieil homme avait un moulin, trois fils, un âne et un chat. Quand l’heure de la mort arriva, il réunit ses enfants et fit le partage : à l’aîné, il légua le moulin, au puîné le bourricot et au cadet le chat. Et il ne tarda pas à mourir. Les deux grands frères prirent sa place, le plus jeune au chat se dit : Aux aînés, il a laissé le moulin et l’âne. Ils peuvent s’associer ; l’un moudra le grain l’autre le transportera. Et moi, j’ai un chat. Qu’en ferai-je ? Si je le tue, je le mangerai en un repas… Si je le vends… qui achètera un chat ? Le chat était à coté et avait tout entendu. Il dit : -« Ne crains rien. Si tu suis mes conseils, tu ne manqueras de rien.  » Le jeune homme fut d’abord étonné : -« Louanges à Dieu qui fait parler les animaux !  » Puis répondit au chat : -« Même si je t’écoutais, que pourrais-tu changer pour moi ? Nous ferons ce que Dieu voudra bien permettre. » Il ajouta : -« Achète-moi…

Le rusé et Le simplet
Contes en français / 17 octobre 2015

Dans les montagnes de Kabylie vivaient un vieux et une vieille. Ils avaient 2 fils. L’un était rusé, l’autre simplet. Et oui c’est parfois comme ça dans une famille. Un jour le vieux père dit à ses fils : – Mes fils, nous sommes vieux et fatigués. Voilà venu le moment de nous venir en aide. Demain vous irez au champ pour retourner la terre à notre place. Le lendemain matin, le vieux leur remet deux pioches, la mère une sacoche contenant des olives et un morceau de pain pour le repas. Le chemin est long jusqu’au champ et il fait si beau. Alors, ils jouent tout le long du chemin à cache-cache et ils grimpent aux arbres pour dénicher des nids.., jouer donne faim. Ils s’installent donc pour manger les olives et le pain avant de repartir. Arrivés au champ, il fait trop chaud pour travailler. Alors les deux frères s’installent sous un olivier et font une grande sieste. : Hum! Quand ils se réveillent, la journée est presque finie : -Ah quoi bon travailler ? Alors, ils ramassent quelques branches de bois mort pour le feu et rentrent à la maison. Une fois arrivés, leur vieux père demande…

La tombe oubliée
Contes en français / 17 octobre 2015

Il y avait dans un pays deux frères : l’un était riche et l’autre n’avait pas devant lui le repas d’un soir. Un jour, les hommes sages allèrent trouver le riche et lui demandèrent : « Pourquoi n’aides-tu pas ton frère ? Il n’a rien alors que tu possèdes de grandes richesses. »Le temps passa et vint l’Aïd. Le riche dit à sa servante : « Voilà un mouton, un sac de semoule et un pot de beurre. Va les porter à la tombe oubliée. » La servante mit la semoule et le beurre sur l’âne, s’installa sur le bât après avoir passé une corde au cou du mouton. Elle se mit en route en se demandant comment elle reconnaîtrait la tombe oubliée. Elle se rendit dans un cimetière, avisa une tombe délabrée, y attacha le mouton, y déposa le sac et le pot et revint à la maison de son maître. Celui-ci lui demanda : « -As-tu fait la commission dont je t’avais chargée ? -Oui, Sidi. » Le temps passa. Les gens du village allèrent voir le pauvre et le questionnèrent : » – Ton frère a-t-il été généreux avec toi ? – Non », répondit-il. Ils retournèrent…